Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:28

http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/420146_264704303606357_206431542766967_601092_1229659784_n.jpg

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 10:46

Solar kraft ? Nein danke !

logo-slc.gif

Les Allemands commençant à dire « Solar kraft : Nein Danke ! » (Energie solaire : non merci !) : comment est-ce possible ?

 

SLC - 7 février 2012

L’Allemagne est LE modèle, on nous en rebat les oreilles sans que, souvent, nous ayons la possibilité d’en juger sur pièces. Dans le domaine de l’énergie et du climat, on sait l’Allemagne, comme la France, dépourvue de pétrole. Du moins les Allemands ont-ils des idées (et … du lignite) et la verdeur de leurs convictions, bien connue, s’est incarnée dans un mix énergétique faisant la part belle aux énergies renouvelables.

En sait-on bien l’importance ? Jugeons en, au 31 décembre 2011 :

- Eole souffle sur plus de 20.000 aérogénérateurs dont la puissance nominale - c’est-à-dire maximale - atteint 29.075 MW (dont 2.007 MW ont été mis en service l’an dernier)[1] ;

- Hélios darde ses rayons sur plus d’un million d’installations photovoltaïques - appartenant à des industriels ou à des particuliers propriétaires de leur pavillon - cumulant une « puissance de crête » de l’ordre[2] de 24.700 MWc.

Ainsi, les 4 réseaux allemands (Elia, EnBW-Netz, RWE-Netz et Tennet) transitant, du nord au sud et d’est en ouest, les flux d’électricité requis par une consommation annuelle voisine de la nôtre (de l’ordre de 520 TWh) sont tenus[3] de bénéficier d’énergies dites « gratuites » (car sans combustible fossile ou nucléaire) à hauteur de ~54 GW. Or ces énergies sont intermittentes : en moyenne, sur les 8.760 heures que compte chaque année, l’éolien ne donne sa pleine puissance que pendant 1.600 heures[4], le solaire encore moins, de l’ordre de 800 heures. Au total, ces deux énergies ne sont susceptibles de produire que 63 TWh/an (pertes en ligne à déduire), à peine 11% des besoins de nos voisins. Et elles sont « fatales », produisant quand Eole et Hélios peuvent, et non pas quand Egon et Hermann le souhaiteraient !

 

La réalité des lois physiques commence à percer, de part et d’autre du Rhin. En Allemagne[5], « le développement de cette énergie [éolienne] inquiète certains acteurs du marché » et Thorsten Herdan, un responsable de la fédération des machines-outils VDMA avertit qu’« une poursuite des installations éoliennes sans transformation en parallèle de l’infrastructure, qu’il s’agisse des réseaux électriques ou de capacités de stockage, serait une mascarade » . Or ni les réseaux, ni les stockages ne sont disponibles, et ils ne le seront pas avant longtemps, le temps de tirer quelques milliers de km de lignes THT et d’industrialiser d’hypothétiques solutions-miracles pour stocker l’énergie …

D’autres prennent moins de gants, tels le grand hebdomadaire allemand « Der Spiegel » qui, sur 3 pages bien documentées[6], dénonce la « foi aveugle des Allemands dans le solaire », sous tous les points de vue : financier (on aurait dépassé les 100 milliards de subvention), environnemental (« Pour éviter une tonne de CO2, on peut dépenser 5 € dans l’isolation d’un toit existant, investir 20 € dans une centrale à gaz neuve ou gaspiller 500 € dans une nouvelle installation solaire ») et même industriel. Sans parler d’esthétique …

 

Alors, méditant aussi sur les spectaculaires revirements auxquels procèd(èr)ent d’autres voisins européens :      

                - tout récent moratoire espagnol sur toutes les énergies renouvelables[7],

                - coupes (autour de -50% …) dans les tarifs solaires britanniques annoncées pour avril prochain[8],

                - révision italienne au travers de l’imminent quatrième « conto energia 2013-2015 »[9],

                - taxation des revenus solaires, suite à « l’embrasement du marché tchèque »[10]

                - « adaptation » des tarifs solaire et éolien suisses au 1er mars 2012, à la baisse[11].                                        

pouvez-vous, Mesdames et Messieurs les candidats, réfléchir à 2 fois avant de copier nos germains cousins ?

Repost 0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 23:27

Pour Jean-Louis Etienne, la sortie du nucléaire est impossible sans augmenter notre dépendance au gaz, au charbon et au fioul. (Elias /Madame Figaro)

Par Christophe Doré Publié le 26/11/2011 à 17:53 Réactions (69)
Pour Jean-Louis Etienne, la sortie du nucléaire est impossible sans augmenter notre dépendance au gaz, au charbon et au fioul. (Elias /Madame Figaro)
 

Défenseurs historiques de la nature, ils pensent que l'atome s'impose pour lutter contre la pollution des énergies fossiles.

Ah! Il y en a d'autres que moi? C'est une bonne nouvelle!», s'amuse le médecin et explorateur Jean-Louis Etienne en souriant. Eh oui, les fervents défenseurs de la nature favorables au nucléaire existent. Dans son dernier livre, Nouvelles histoires naturelles (JC Lattès), Jean-Louis Etienne synthétise leur position: le nucléaire s'imposerait aujourd'hui comme une solution obligée pour produire de l'énergie propre. «L'atome est en soi une ressource énergétique naturelle dont on aurait tort de se priver», soutient l'explorateur. Ses arguments sont précis: «D'abord, aucune autre technologie n'est assez mature pour produire massivement de l'énergie propre. Ensuite, le nucléaire ouvre des perspectives intéressantes avec les réacteurs de quatrième génération, capables de recycler les déchets(il évoque ici Astrid, prototype de réacteur à neutrons rapides au sodium, qui permettrait une gestion durable des déchets par transmutation d'ici à 2020, ndlr). En fait, nous sommes au milieu du gué: faut-il renoncer maintenant, alors que l'on peut imaginer une exploitation de l'énergie atomique compatible avec un développement durable?»

Jean-Louis Etienne affirme avoir constaté concrètement les effets inquiétants du réchauffement climatique pendant ses explorations aux pôles: «Le CO2 est le pire des déchets. Il est diffus, incontrôlable... Il a des conséquences rapides sur l'environnement... Les déchets nucléaires, eux, sont identifiés, localisés, gérables et peut-être réutilisables à terme.»

En son temps, l'ex-candidat écologiste Nicolas Hulot tenait également un discours assez favorable au nucléaire; il se déclarait, par exemple, moins inquiet à propos des déchets radioactifs que des résidus chimiques.

Moins connu du grand public, Bruno Comby, polytechnicien et ingénieur en génie nucléaire, préside depuis quinze ans l'Association des écologistes pour le nucléaire (AEPN). Loin de réunir un quarteron d'environnementalistes illuminés, son association internationale rayonne dans une soixantaine de pays, avec quelque 10 000 membres. Des personnalités influentes et respectées sur les questions environnementales, tel Patrick Moore, cofondateur du mouvement Greenpeace en 1971, en font partie.

Le penseur de l'écologie moderne, James Lovelock, est pronucléaire

James Lovelock, né en 1919, considéré comme l'un des penseurs historiques de l'écologie moderne, en est membre également. Cet environnementaliste spécialiste de l'atmosphère a imaginé les instruments permettant de mesurer les variations de la couche d'ozone. Il est surtout célèbre pour sa théorie de Gaïa, définissant la Terre comme un être vivant capable de se réguler afin de maintenir à sa surface les conditions idéales pour la vie.

Pour lui, les atouts de l'industrie nucléaire sont sans commune mesure avec ceux des combustibles fossiles. «Aucune source d'énergie n'est totalement sûre, même les moulins à vent ne sont pas exempts d'accidents fatals», soutient le scientifique avant de poursuivre au sujet du nucléaire: «Il n'y a pas d'autre solution viable, propre, écologique et économiquement acceptable à la dangereuse habitude que nous avons prise de brûler des combustibles fossiles.»

Jean-Louis Etienne partage cette conviction : «Je crois aux sciences et aux techniques et j'ai confiance en l'intelligence de l'homme. L'atome va nous aider à sortir de notre société carbonée, qui n'a pas d'avenir à long terme. Si nous renonçons au nucléaire maintenant, je redoute le pire: les États-Unis, l'Inde, la Chine et aussi la Russie ont des réserves de charbon énormes. Ils vont les utiliser. C'est un scénario inéluctable. L'avenir nous pousse à soutenir les énergies renouvelables, mais nous ne sommes pas capables de stocker de grosses quantités d'électricité issues du soleil, de la mer, du vent, des rivières...»

En résumé, pour ces écologistes d'un autre genre, le nucléaire civil s'impose comme un passage obligé pour ralentir le réchauffement climatique, voire comme une solution majeure dans le «mix énergétique» pour traverser durablement le siècle.

Par Christophe Doré
Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 20:46

Halte au démarchage éhonté pour le photovoltaïque !


   PV   L’aubaine des financements publics et des exorbitants tarifs d’achat aux particuliers de l’électricité photovoltaïque a conduit à la multiplication d’entreprises démarchant à domicile et/ou par internet pour pousser les particuliers à « bénéficier » de cette manne publique. Ces entreprises se présentent toujours de façon ambigüe, souvent en utilisant le mot « EDF » pour inspirer confiance ou en se déclarant agissant dans le cadre d’une action communale. Elles utilisent systématiquement la notion d’énergie propre par opposition à toutes les autres façons de produire de l’électricité afin que le client ait la conviction qu’il a là l’occasion de faire un geste écologique décisif pour la planète, en particulier en luttant contre le réchauffement climatique. Enfin bien sûr, cerise sur le gâteau, elles proposent un montage permettant de financer la plus grande partie de l’investissement via l’achat par EDF de l’électricité produite. 

Lire la suite "Halte au démarchage éhonté pour le photovoltaïque !" »

Repost 0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 21:31

Guillaume Sarkozy crée un incident à l'Assemblée : "Un frère peut en cacher un autre"

 

Sur Le Post, le député PC André Gérin explique pourquoi il a brandi à l'Assemblée une photo montrant Nicolas Sarkozy... et son frère (voir ci-dessous)

Le frère de Nicolas Sarkozy est devenu... un des principaux arguments de l'opposition contre la réforme des retraites.

1.
Un incident à l'Assemblée à cause de... Guillaume Sarkozy


Mardi, un incident s'est produit à l'Assemblée impliquant Guillaume Sarkozy. Lors des questions au gouvernement, le député communiste André Gérin a brandi dans l'hémicycle une photo montrant Nicolas Sarkozy... et son frère.

Les huissiers ont alors demandé à l'élu PC de leur remettre cette photo détournant une affiche électorale de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 ("Ensemble, tout devient possible"). Mais André Gérin a refusé. Les députés de la majorité ont protesté. Ce qui a donné lieu à une suspension de séance.

Voici la vidéo de cet épisode :


(Source: France 3 / Montage : Le Post)


Déjà, la semaine dernière, des sénateurs de gauche se demandaient publiquement si le but de cette reforme ne serait pas de "tuer" le système par répartition au profit d'un système par capitalisation… ce dont pourrait profiter un certain Guillaume Sarkozy.

Pourquoi Guillaume Sarkozy est-il ciblé par l'opposition ?
Le frère du chef de l'Etat est le délégué général du groupe d'assurance Malakoff-Médéric, un groupe développant des produits d'épargne de retraite complémentaire privés, avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, institution contrôlée par l'Etat.

Selon Mediapart, le frère du président viserait le pactole du marché de la retraite complémentaire privée. La société s'était déclarée "injustement mise en cause".


2. "Une retraite peut en cacher une autre, un frère peut en cacher un autre"


 Contacté par Le Post, le député PC, André Gérin, explique qu'il a brandi cette photo pour "dire que cette réforme est une énorme escroquerie politique".

"Pour moi, une retraite peut en cacher une autre. La retraite par répartition cache la retraite par capitalisation. Et un frère peut en cacher un autre [Nicolas et Guillaume Sarkozy, ndlr]. Cela montre un système clanique", confie-t-il au Post.

Comment peut-il être persuadé que la réforme voulu par le chef de l'Etat puisse profiter à son frère ? "La société de Guillaume Sarkozy a passé un accord avec la Caisse des Dépôts et Consignations, contrôlée par l'Etat. Il est impossible que cela ne se fasse pas sans l'accord de l'Elysée", assure André Gérin.

"J'ai fait ça pour montrer que l'article 32 du projet de loi ouvre une brèche pour la retraite par capitalisation [cet article 32 rend obligatoire, dans certains cas, l'épargne retraite, ndlr]. Y a un pactole de 40 à 100 milliards d'euros à la clé !", ajoute-t-il. Avant de souligner que "le patronat se félicitait de cette modification de la réglementation de l'épargne retraite".

"D'ailleurs, à l'Assemblée, j'ai demandé à François Fillon si le gouvernement avait donné une consigne à la Caisse des Dépôts et Consignations, il ne m'a pas répondu... En tout cas, quand j'ai brandi la photo des Sarkozy, le Premier ministre et le président de l'Assemblée n'étaient pas contents...", se réjouit le député PC sur un ton ironique, pas mécontent de son coup.

 

Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 20:41

 

 


http://www.appelpourlecolepublique.fr/L’École publique, laïque et gratuite crée le lien social indispensable pour faire face aux défis d’un monde en crise. C’est elle, et elle seule, qui permet de garantir la cohésion sociale.
Elle est pourtant aujourd’hui menacée par des choix politiques qui favorisent le privé et encouragent le consumérisme éducatif.
Du 9 Septembre au 9 Décembre 2010
Signer en ligne
 ou
télécharger la pétition pour signature(s) papier... www.appelpourlecolepublique.fr/AppelEP.pdf

Total signatures au 03 OCTOBRE 2010 à 21h00 :  260826
Mise à jour du 10 septembre 2010

Ci-dessous, le message reçu le  Jeudi 9 Septembre 2010 de "Appel pour  l'Ecole publique"

[Signataires] Plus de 242 000 signatures - Merci pour votre engagement- l'Appel reste ouvert aux signatures pour dénoncer le plan de destruction d'emplois dans l'Education nationale

 

De :

Appel national pour l'Ecole Publique(contact@appelpourlecolepublique.fr)

Envoyé :

jeu. 09/09/10 20:20

À :

signataires@www.appelpourlecolepublique.fr

Madame, Monsieur,
Grâce à votre engagement, l'Appel national pour l'Ecole publique réunit aujourd’hui plus de 242 000 signatures. C’est la plus importante action de promotion et de défense de l’Ecole Publique depuis près de 20 ans. De plus, le choix de la tourner vers nos concitoyens commence à porter ses fruits comme en attestent les dernières enquêtes d’opinion.
Les organisations signataires ont décidé
de poursuivre cette campagne et d’ouvrir une nouvelle phase de signatures pour cette rentrée, du 9 septembre au 9 décembre. Durant cette période, et notamment lors du débat parlementaire sur le budget 2011, nous interpellerons, au nom des pétitionnaires, les élus (parlementaires, président des exécutifs locaux),  le président de la République, le Premier ministre, le Ministre de l’Education Nationale, ainsi que les responsables des partis politiques.
L’Ecole Publique qui souffre déjà depuis de nombreuses années, va en effet être à nouveau frappée par 16 000 suppressions supplémentaires dans le budget 2011. Nous devons marquer notre opposition à cette destruction programmée de notre Service public, laïque et gratuit d’Education. Nous souhaitons donc, avec votre aide,  rassembler plusieurs dizaines de milliers de signatures pour dépasser le cap significatif de 300 000 citoyens-militants de l'École publique.

Vous pouvez pour cela :

envoyer ou renvoyer le lien de la pétition à des proches, des amis ou des collègues en les invitant à le diffuser à leur tour : http://www.appelpourlecolepublique.fr/.

d’inviter de nouvelles personnes à signer en utilisant ce lien : http://www.appelpourlecolepublique.fr/transf.php

 « L’École publique, laïque et gratuite crée le lien social indispensable pour faire face aux défis d’un monde en crise. C’est elle, et elle seule, qui permet de garantir la cohésion sociale. »
Ces premières phrases de l’ « Appel » ont une résonnance particulière au moment où la crise frappe une grande partie de  nos concitoyens. Elles prennent aussi un relief particulier avec les récentes orientations du sommet de l’Etat qui divisent, fragmentent, et finalement dressent, les uns contre les autres, ceux qui vivent dans notre pays. La défense et la promotion de notre modèle d’Ecole publique laïque et gratuite devient donc aussi un impératif démocratique.

Très cordialement,
Pour l’ensemble des organisations nationales signataires :
DDEN, FCPE, SE-UNSA, UNL, UNEF, LMDE, APAJH, UNSA-EDUCATION, FERC CGT, SNETAA EIL, FGR-FP, CGT EDUC ACTION, FAEN, ADLPF (ASSOCIATION DES LIBRES PENSEURS DE FRANCE), A ET I, SNPDEN, SNIES, UNSA, SNPTES, SUP'RECHERCHE, CNAFAL, ANATEEP, UFAL, SIEN, UNSA LABOS EDUCATION, SNCL, L'APPEL DES APPELS, SNASEN, ADFE, SNMSU, SNPSYEN, GDID, SUDEL, UNSA TECHNICOLOR, FNER, RNCE (RESEAU NATIONAL DES COMMUNAUTES EDUCATIVES), CDPEPP (DEFENSE DE L’ECOLE PUBLIQUE DE PROXIMITE), UDAS (UNION DES ALTERNATIVES SYNDICALES), CONVERGENCE REPUBLICAINE, UNSA MAIF, SGL (SYNDICAT GENERAL DES LYCEENS), FLE ( FRONT DE LUTTE POUR L'EDUCATION), SNEA
Laurent Escure

Repost 0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 13:01

 

En 1970 Allende, le nouveau président  chilien, souhaitait faire basculer le pays vers le socialisme de manière démocratique, nationalisant industries et entreprises et engageant une réforme agraire.

Le cas chilien risquant de faire tache d'huile. Les Etats-Unis soutiennent le coup d’état de Pinochet, avec l'appui de la droite chilienne et des multinationales. Allende meurt dans le palais présidentiel, la classe ouvrière et les partis de Gauche payèrent un lourd tribu dans la répression: disparitions, torture… Ce crime atroce reste désormais de nos jours  impuni… 

00 titre-041da

Par marx - Publié dans : international
Ecrire un co
Repost 0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 10:40

Tradition et Etat, les grands perdants de l'interdiction de la corrida

Laurent Pinsolle - Blogueur associé | Jeudi 12 Août 2010 à 16:01 | Lu 3378 fois

L'interdiction de la corrida votée par la Catalogne dénote pour Laurent Pinsolle d'une double capitulation : celle de l'Etat espagnol soumis à la défiance de ses régions, et celle d'une tradition ancestrale reléguée au rang de massacre par une société aseptisée.



Fin juillet, par 68 voix contre 55, le parlement de Catalogne a voté l’interdiction des corridas sur son territoire à partir de début 2012. Une double défaite, celle des traditions culturelles, mais aussi celle de l’Etat central espagnol face à ses communautés autonomes rebelles.
Beaucoup voient dans les corridas un spectacle un peu barbare où l’on assiste au « massacre » d’innocentes bêtes jetées en pâture aux matadors. Les opposants cherchent également à agir en France mais pour l’instant, ils ne sont pas écoutés par les autorités. Et heureusement ! Car la façon dont les opposants présentent les choses est extrêmement caricaturale. Ils oublient que les taureaux de combat ne doivent leur existence qu’à la perpétuation des corridas. En outre, il faut noter que ces animaux font l’objet d’un soin peu commun jusqu’à leur dernier combat.

Mieux, quelques taureaux sont graciés à l’issue du combat et deviennent des reproducteurs. Merci à Marianne d’avoir pris le soin d’expliquer le fonctionnement des corridas puis d’avoir donné la parole à Aliocha, qui a très bien souligné la dimension culturelle de la corrida, cet art taurin que seules les personnes qui y ont assisté peuvent comprendre. Comme elle le souligne, il est important de défendre ces traditions que l’uniformisation culturelle du monde tend à vouloir supprimer. La corrida, c’est aussi le témoignage incroyable du courage de ces matadors qui risquent leur vie à chaque faena.

La défaite de l’Etat espagnol


Mais il y a une deuxième dimension à cette interdiction de la corrida par Barcelone. En effet, comment ne pas y voir un geste de défi de la communauté catalane à l’égard de l’Etat espagnol. En Espagne, les corridas ont une popularité qu’il est difficile d’imaginer en France. Les matadors sont des stars aussi connues que les joueurs de football (qui y est encore plus populaire que chez nous). Les corridas sont fréquemment diffusées aux heures de grandes écoutes tant elles intéressent les Espagnols. Les cachets des matadors atteignent plusieurs dizaines de milliers d’euros par corrida.

Par ce geste, la Catalogne a sans doute voulu à la fois démontrer sa singularité par rapport au reste de l’Espagne et insisté sur sa capacité à définir les règles de vie sur son territoire. Une telle décision est le meilleur moyen d’assurer une publicité maximum à ce vote. Il serait dommage que les parlementaires catalans aient accepté de sacrifier cette belle tradition taurine pour défier à nouveau l’Etat espagnol. Après la belle victoire de l’Espagne en Coupe du Monde, qui semblait avoir renforcé le sentiment national, la Catalogne rappelle la tentation autonomiste des régions.

Demain, il faut espérer que l’Europe ne s’empare pas de ce dossier pour y imposer à nouveau une vision normative et uniformisatrice du continent qui viendrait à interdire toutes les pratiques culturelles différentes…
Repost 0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 22:22

« TOUS LES CHEMINS NE MENENT PAS AUX ROMS » par Jean LEVY, notre camarade.

11366-sarkozy-lunette-1b.jpg

Le Président part, une nouvelle fois, en croisade contre la délinquance.

Qui pourrait l’en blâmer ?

Chacun peut constater que des territoires entiers échappent aux lois de la République.

Dans ces zones de « non droit », des bandes organisées se livrent à des trafics très lucratifs en toute impunité.

Le Président va mettre fin à de telles pratiques, qui polluent tant de « quartiers » et de «cités » de notre belle France.

Chacun a reconnu là, les lieux où règnent les « caïds » de la Bourse et la « loi du marché » : le 8ème et le 16ème arrondissements, Neuilly, Versailles et Saint-Germain en Laye, où se concentrent le plus grand nombre administrateurs de sociétés, de délinquants en col blanc au Km carré. Leurs bandes, on les connaît. Elles ont pour nom le « CAC des 40 voleurs », le Premier Cercle, officine qui rançonne pour alimenter leurs fonds secrets, les Amis du Fouquet’s, où se retrouvent les plus huppés d’entre eux, leurs hommes de main et leurs donneurs d’ordre.

Ne dit-on pas, que pour tourner la loi, ils multiplient les associations, dites de bienfaisance, chargées de répartir leur rackets. Et pire, que des procureurs ferment les yeux, laissant faire.

A-t-on entendu parler de « comparution immédiate » pour de tels délinquants ?

Tout cela, c’est fini, le Président a prévenu (et Le Figaro s’en est fait l’écho, c’est tout dire),  ces pratiques illicites, c’est du passé.

Et pour mettre en musique la partition élyséenne, le Président a décidé de nommer préfet des Yvelines (le département de France le plus fourni en richesses mal acquises), le secrétaire du syndicat de la Répression des Fraudes.

De plus, des pelotons d’agents du fisc vont patrouiller jour et nuit dans cet ouest parisien et dans sa banlieue proche,  près des hôtels 5 étoiles et des résidences particulières, où se négocient tant de contrats délictueux.

Le Président a décidé, dans le même élan, de déclarer la guerre aux « gens du voyage en jets privés », Renvoyer nombre d’entre eux dans leurs îles lointaines, les Bahamas, Caïmans, Guernesey et autres paradis fiscaux, constitue le premier objectif. Qu’ont-ils à faire chez nous ces possesseurs de yachts, amarrés à l’année dans nos ports, sans travail avéré qui justifie leur train de vie ?

Ne constituent-ils pas une insulte permanente à notre population laborieuse qui se lève tôt pour un dérisoire salaire ?

A l’annoncé de ces mesures, l’inquiétude a gagné Auteuil et Passy, les hauteurs de Saint-Cloud et jusqu’à la Lanterne. On peut aussi parler de panique dans tout le 7/8 (comme on dit dans le département), où des vols groupés vers des cieux plus cléments se sont organisés.

Enfin la France qui travaille va pouvoir vivre, en pleine sécurité, dans la quiétude et la tranquillité : le grand banditisme en col blanc est maté.

Un nouveau jour se lève : c’est l’horreur Oréal.

SOURCE :

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-54304203.html

Repost 0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 15:11

Pétition contre la suppression de la chronique humoristique matinale de France Inter.

Didier Porte a récemment reçu un avertissement pour sa chronique mettant en scène un Villepin atteint du syndrome de Tourette insultant le président de la république.
Malgré le soutien de son collègue Stéphane Bern, celui-ci vient d'être licencié: il ne s'agit en fait que d'un prétexte pour justifier une décision déjà prise de faire place nette sur Inter.
Il en va de même pour Stéphane Guillon, dont on sait que les chroniques matinales sont très peu appréciées, que ce soit à la direction d'Inter, ou à l'Elysée...

Mercredi 23 juin: Jean-Luc Hees annonce au monde la suppression de la chronique de 7h55. Didier Porte confirme son licenciement.

Merci à Marc Large pour l'autorisation d'utilisation de ce dessin.

La validation des signatures se fait a posteriori.

Signer la pétition

Liste des signataires

Actuellement 47069 signatures, dont 36106 approuvées, 349 rejetées, et 10614 en attente de validation.
Rechercher un signataire

Repost 0