Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 22:50

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 09:53

J'ai écouté attentivement l'allocution de Nicolas Sarkozy, consacrée à la politique extérieure et de sécurité. (Jean-Pierre CHEVENEMENT)


Nicolas Sarkozy, en rendant hommage à la politique de Jacques Chirac, a bien essayé de se dédouaner de l'erreur monumentale qu'il avait commise en septembre 2006 quand il était allé, à Washington, s'excuser de « l'arrogance » de la France face à l'invasion de l'Irak par M. Bush. C'est en vain qu'il a cherché à se rattraper, le 28 février 2007, en saluant la politique extérieure de Jacques Chirac et en parlant d'« aventure » à propos de l'intervention américaine en Irak.

Une journaliste libanaise s'en étonnait : « Vous avez changé sur l'Irak ? ». A quoi Sarkozy répondait en la défiant de trouver une trace écrite de son adhésion à la guerre américaine. En effet, il n'y a aucune trace écrite de son approbation, mais il y a des traces orales de ses propos et des déclarations publiques d'hommes politiques favorables à l'intervention et connus pour leur étroite proximité avec lui : MM. Pierre Lellouche, Axel Poniatowski, Patrick Devedjian, etc.
Lire la suite de cette note

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 22:57

Jean-Pierre Chevènement invité de France Inter dimanche 4 mars à 8h50  

Jean-Pierre Chevènement est l'invité de Rolland Mihail dimanche 4 mars à 8h50.
L'émission est podcastée ci-dessous.
Le site de France Inter

http://www.chevenement.fr/docs/audiovideo/France-Inter-04032007.mp3 http://www.chevenement.fr/docs/audiovideo/France-Inter-04032007.mp3
Podcast


Tags : france inter

Rédigé par Chevenement.fr | Permalien | Commentaires (0)

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 

Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 09:26

L'Airbus A 350 ne pourra être développé sans la contribution des Etats.

 

 

Le plan d'économies annoncé par Louis Gallois ne permet pas ce financement. Quand j'entends M. Sarkozy déclarer dans sa conférence de presse d'hier : « Les Etats ne sont pas les actionnaires les mieux avisés », je me demande si je rêve. Est-ce que M. Arnaud Lagardère et M. Forgeard qui ont vendu leurs actions avant que soient révélées les difficultés de l'A 380 sont « des actionnaires avisés » ? Pour ce qui est de la gestion de leur patrimoine personnel certes ! Mais pour l'avenir de l'entreprise EADS – Airbus certainement non !

Nous sommes bien là en présence de cette tendance fondamentale au court-termisme qui caractérise la gestion du « capitalisme patrimonial » cher à Alain Minc. Les actionnaires se paient d'abord, peu importe l'avenir de l'entreprise, ses investissements, sa recherche,
le renouvellement de sa gamme de produits, ses salariés, leur qualification et leur formation. Ainsi s'opère la déconnection des entreprises et des territoires.

 

Les avions d'Airbus sont fabriqués déjà à 40 % dans la zone dollar. Le processus d'externalisation engagé par la vente de certaines usines ne peut conduire qu'à l'accélération du processus de délocalisation vers les pays à bas coût de main d'œuvre.

On observe la même tendance avec Alcatel-Lucent qui supprime 10 000 emplois dans le monde dont 90 % en Europe et aux Etats-Unis où la main d'œuvre est la plus chère.

Comment contrarier cette tendance générale au court termisme et à la délocalisation ?

Par une politique de l'euro d'abord qui remédie à sa surévaluation. Ensuite par une vigoureuse politique d'aide à la recherche-développement : celle-ci implique forcément l'intervention des Etats. C'est une bonne chose que l'actionnariat allemand inclue
maintenant une forte participation publique. C'est à travers une vigoureuse politique industrielle essentiellement à base franco-allemande qu'Airbus pourra être relancé et que le développement de l'A 350 qui commande l'avenir de l'emploi pourra être financé. Ségolène Royal faisait observer l'autre jour que si la réglementation actuelle de la concurrence par la Commission avait prévalu au début des années soixante-dix, jamais les Etats français, allemand, britannique, n'auraient pu financer par avances remboursables le développement d'Airbus qu'on célèbre comme une réalisation de « l'Europe », en oubliant que dès l'origine, ce fut l'affaire des Etats.

Ceux-ci n'ont pas à abdiquer leur rôle. Plus que jamais face à la concurrence de Boeing, largement subventionné par le budget de la Défense américaine il convient que les grands Etats européens se concertent pour sauver la construction aéronautique sur notre continent et les emplois qu'elle représente.

Aller dans le sens de M. Sarkozy, celui de l'actionnariat privé, ce serait vouer EADS-Airbus à subir demain le sort de Péchiney et d'Arcelor, en passant sous le contrôle
des fonds de pension, anglo-saxons ou autres. Etrange conception de la défense des intérêts nationaux et européens !

Je serais « maurrassien », selon M. Bernard-Henry Levy, s'exprimant récemment dans Le Nouvel Observateur parce que je mets en garde contre le résultat du libre jeu du « capitalisme financier mondialisé », expression qu'on ne trouve pas souvent chez Maurras.

Il n'est pas venu à l'idée de l'auteur de L'idéologie française, bréviaire déjà ancien de la repentance nationale, que je pourrais n'être qu'un républicain français simplement patriote.

 

Jeudi 01 Mars 2007

Jean-Pierre Chevènement

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 23:27

M. Bayrou ne parle jamais des délocalisations industrielles. C'est un signe, non ?



En, revanche M. Bayrou propose d'inscrire l'équilibre des finances publiques dans la Constitution. C'est ce que demande, comme par hasard, la Présidente du MEDEF, Mme Parisot.
Il y a un mauvais usage des Constitutions : celui qui consiste à y inscrire les politiques à suivre et non pas seulement les règles du jeu. On l'a vu avec le projet de « Constitution européenne ». On connaît la suite. M. Bayrou veut remettre ça !

Mardi 27 Février 2007
Jean-Pierre Chevènement

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 

Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 09:10

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 23:05

 

 

« François BAYROU  :

Paradoxes et contradictions de la Démocratie Chrétienne »  

par Jean-Luc Pujo.(MRC)

 

Le 27 février 2007.

 

François BAYROU est homme sympathique. Il est honnête. Il est constant.

Dans le paysage politique français actuel, ces quelques vertus valent consécration.

Et l’homme qui les porte mérite pour cela respect.

Cependant, François BAYROU tente aujourd’hui un marivaudage, certes non dénué de talent, qui se révèle pour le moins osé pour ne pas dire déplacé.

Ce « pas de deux » avec l’opinion, acquise  à la critique toute naturelle des excès du libéralisme, doit nous interroger.

Comment peut-on dénoncer le libéralisme outrancier et participer au soutien quasi-constant d’une majorité parlementaire qui lui est dévouée ?

Comment affirmer la nécessité d’un modèle équilibré et soutenir – encourager encore aujourd’hui - un texte constitutionnel européen attaché au triomphe du « tout marché » ?

Il y a là des contradictions essentielles – certes habituelles de la démocratie chrétienne – dont on devine les limites comme les dangers nombreux.

Il ne suffit pas, en effet, de proclamer l’Homme comme priorité.

Faut-il encore refuser d’échafauder une société de la concurrence effrénée, de servir de porteur d’eau aux libéraux les plus acharnés.

Véritable béquille humaniste d’une droite déshumanisée, François BAYROU tente une démarche qui ne peut que choquer !

Est-elle consciente ou bien désespérée ?

François BAYROU est homme sympathique, mais il est avant tout un homme qui a su renoncer.

Et si ses rodomontades  contre des médias manipulés sentent bon la liberté, une fois le maintien de son groupe parlementaire assuré, ces bravades apparaîtront comme de simples colifichets.

Tout dans ces actes - depuis les vingt dernières années – peut en témoigner : François BAYROU a toujours assuré le triomphe de la droite libérale, qui se contente alors d’avancer masquée.

Pire, François BAYROU annonce une Europe des régions fédérées, la fin de la France et de son unité.

Comme résistance à la puissance du Marché, à ses multiples relais, on fait mieux y compris au fin fond de nos belles Pyrénées.

Le subterfuge est bien grossier, mais certains – honnêtes français à la recherche d’une justice sociale à refonder - peuvent être abusés.

Comment dès lors ne pas dénoncer ce piège éhonté, typique d’un courant de pensée que François BAYROU s’honore d’incarner ?

Jean-Luc Pujo

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 14:13

 

Pour attirer le plus grand nombre de voix dès le premier tour, Ségolène Royal a bien l'intention de conquérir le camp du non de la gauche à la Constitution européenne. Un avantage que Nicolas Sarkozy ne possède pas, à ses yeux. "Il ne cristallise que les gens du oui, confiait-elle en marge de son déplacement en Basse-Normandie, mercredi 21 février. Je pense que je suis la mieux placée pour sortir l'Europe de l'ornière. Je suis regardée avec beaucoup d'intérêt par les capitales européennes."

 

 

Alors que le candidat de l'UMP devait se rendre, mercredi 28 février, à Madrid, pour rencontrer le chef du gouvernement socialiste espagnol, José Luis Zapatero, puis le 6 mars, un autre leader de la gauche européenne, l'italien Romano Prodi, la candidate socialiste prépare sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, prévue le même jour.

"TAUX PLANCHERS EN MATIÈRE D'IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS"

Face aux 5 000 militants et sympathisants réunis dans une salle du Zénith, près de Rouen, samedi 24 février, Mme Royal a de nouveau insisté sur la nécessité, au côté d'un "Etat stratège", d'une "Europe qui protège".

Dans le fief de Laurent Fabius, figure du non au PS, dont elle était l'invitée, Mme Royal a repris quelques-uns des arguments mis en avant pendant le référendum par les opposants à l'adoption du traité. Après avoir insisté sur la nécessité d'une "gouvernance économique et sociale de la zone Europe", et d'un "protocole social pour renforcer les droits des travailleurs", elle s'est ainsi prononcée pour "l'instauration de taux planchers en matière d'impôt sur les sociétés" afin de "freiner" les délocalisations. C'est la première fois que Mme Royal reprend à son compte cette proposition, dont l'application, au sein de l'Union européenne, paraît délicate tant les écarts sont importants entre les pays.

La veille de sa rencontre avec Mme Merkel, Mme Royal compte préparer le terrain en s'adressant notamment aux Français de l'étranger via le réseau de la Fédération socialiste du même nom qui lui avait, à une large majorité, apporté ses voix lors de la primaire socialiste.

 

Isabelle Mandraud

Le Monde.fr

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 10:12

Elie Arié (MRC)

 

 

"Alerte : Arrêtez de tacler Ségolène !" par Véronique Maurus

(...)

Reste la partie "expertise". C'est ici que le sentiment de "deux poids, deux mesures, selon que le candidat est de droite ou de gauche, homme ou femme" (Franck Lenoble, courriel) est le plus fondé. Car, si l'expertise s'est exercée dans les deux cas, elle n'a pas porté sur les mêmes domaines, reflétant des présupposés sur les candidats - incompétence d'un côté, machiavélisme de l'autre. "Il est acquis une fois pour toutes, note le docteur Elie Arié (Paris), que Ségolène Royal, étant une femme, est forcément incompétente : Nicolas Sarkozy peut, dans la seule émission sur TF1 du 5 février, parler de la moitié des salariés français qui gagnent le smic (le chiffre est de 17 %), du baril de pétrole à 90 dollars (il n'a jamais dépassé 78 dollars), de l'inflation qui était autrefois à 24 % en France (elle n'a jamais dépassé les 14 %), ce n'est pas lui qu'on traitera (d'incapable)."

Vérification faite, M. Arié a raison, et Le Monde n'a pas relevé ces erreurs. Il n'a pas non plus tenté de chiffrer le programme du candidat UMP avant que Mme Royal ne soit accrochée sur ce thème, le 13 février - soit un mois après le discours d'investiture de M. Sarkozy. L'expertise à l'égard de ce dernier a porté sur ses relations avec la police, les fonctionnaires ou les syndicats, son QG, sa présence dans les banlieues, etc.

(...)

Lire l'article en son entier : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-875879,0.html

 

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 17:57

 

La fédération du Mouvement Républicain et Citoyen des Pyrénées-Orientales souhaite la bienvenue à Nicolas Sarkozy dans le "Trou perdu".

Nous rappelons à Nicolas Sarkozy en meeting sur Perpignan ce vendredi 23 février, ses propos cités dans L'Express du 11 janvier 2007, page 36.

"Il a prononcé un discours programme d'une heure et regagne sa voiture, en nage. "J'en suis à mon douzième ou treizième tour de France, je ne sais même plus. C'est la cinquième fois que je viens à Perpignan depuis 1989, et j'ai 47 ans. Je ne fais pas ça pour moi, mais je sais que ça me sert. Faire 800 personnes dans un trou perdu comme ici , ça ne peut pas ne pas payer... Un soir j'ai même oublié la ville dans laquelle je me trouvais. Chirac m'a dit que lui notait toujours en gros le lieu du meeting."

publié par André Baup Mairie d'Albi 16, rue de l'Hôtel de Ville 81023 Albi cedex 9. andre.baup@free.fr

 
Repost 0
Published by André BAUP - dans MRC
commenter cet article