Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 11:33

 

A l'image de Christine Alibert, plusieurs personnes ont fait barrage de leur corps pour empêcher l'abattage des platanes. /Photo DDMJean-Marie Lamboley
A l'image de Christine Alibert, plusieurs personnes ont fait barrage de leur corps pour empêcher l'abattage des platanes. /Photo DDMJean-Marie Lamboley

cliquez sur le lien suivant :

MASSACRE A LA TRONCONNEUSE SUR LA PLACE ET BOULEVARD DU LUDE A ALBI.mov

Jeudi 12 janvier 2012 : malgré les contestations multiples et variées contre l'abattage de ces 25 arbres orchestré par le maire d'Albi

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 14:20

C'est tout le contraite de la "sérénité" qui règnait hier matin Boulevard du Lude lors de l'abattage des platanes; colère, abattement, indignation, seraient des mots beaucoup plus adaptés pour décrire le sentiment des riverains devant ce coup de force du Maire. Quant aux conseillers municipaux de la majorité présents ce jour-là et ce jour-là seulement, ils observaient, certes, mais sous la protection de la police municipale.

Les conseillers d'opposition, présents depuis lundi matin à l'aube, depuis la première tentative d'abattage, leur présence n'avait comme unique objectif que le soutien aux riverains et aux albigeois dans leur majorité, contre  cet attentat.

L'article de La Dépêche du Midi:

Albi. Arbres du Lude : un abattage en toute sérénité

travaux

Hier, l'abattage des platanes du Lude s'est déroulé en toute sérénité./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle.
Hier, l'abattage des platanes du Lude s'est déroulé en toute sérénité./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle.
Hier, l'abattage des platanes du Lude s'est déroulé en toute sérénité./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle.

Hier matin, comme prévu, les arbres de la place du Lude ont été abattus par l'entreprise Ecovana. Un abattage qui s'est effectué en toute quiétude, dans la plus grande sérénité. Les bûcherons n'étaient pas, comme lundi, gênés par les voitures et les riverains en colère. Entre-temps de hautes grilles de protection délimitant le chantier avaient été installées. Pour s'assurer de la bonne qualité du travail, plusieurs observateurs attentifs : deux conseillers membres de la majorité municipale Pierre Costes, chargé des festivités et Jean Esquerré, délégué pour le quartier le Lude/Bellevue/Saint-Salvadou, mais également Bernard Gilabert (PS) et André Baup (MRC) pour l'opposition. Le directeur de cabinet du maire et la chargée de communication assistaient aussi à la scène tout comme quatre fonctionnaires de la police nationale et autant de la police municipale. Cette forte présence des forces de l'ordre « à titre préventif en regard de risque de troubles à l'ordre public », découlait bien sûr de l'action des opposants à l'abattage, qui lundi avaient obligé l'entreprise Ecovana à interrompre les travaux.

De 25 000 € à 28 000 €

Depuis hier les platanes n'encombrent plus la vue des riverains et les engins de terrassement sont passés à l'action. D'ici la fin du chantier, au maximum le 10 février, la place sera refaite, surtout aplanie et une ligne électrique plus puissante sera installée pour que les manèges des forains puissent tourner. Le coût des travaux, effectués par la Ville, est estimé entre 25 000 € et 28 000€. Vers la fin février, les Albigeois et les visiteurs pourront à nouveau stationner gratuitement sur une place toute neuve, avant qu'elle ne devienne la vitrine Sud vers le centre-ville. Un point qui n'en doutons pas sera abordé en comité de quartier.

Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 16:05

 

remorque-velo-transport-bagage

A l’époque, Christine Lagarde, alors ministre des finances, nous proposait de rouler à vélo pour pallier la dernière augmentation du prix de l’essence. Aujourd’hui Jean-Michel Bouat, le conseiller municipal délégué à la mobilité, nous propose, aussi, devant les problèmes de circulation dans la ville d’Albi, de rouler à vélo ! « Les déplacements en ville, c’est pas la guerre, être dans une voiture, cela ne donne pas le droit d'écraser des cyclistes.

Il faut mettre en place tout un état d’esprit. Tant qu’une majorité de personnes pensera : transpirer à vélo, c’est ennuyeux, on aura du mal à avancer. Il faut adopter d'autres comportements. » s’exclame-t-il lors du dernier Conseil Municipal !

 

Quels comportements faut-il changer :

 - celui des habitants de l’agglomération albigeoise demeurant à plus de cinq kilomètres du centre d’Albi (5 km, distance maxi d’un déplacement à vélo) ?


  - celui des parents transportant leurs jeunes enfants à la crèche, à l’école maternelle, etc… ?


  - celui des personnes âgées adeptes de la voiture pour effectuer leurs courses ou simplement pour leurs loisirs ?


  -  celui des familles des malades devant se rendre à l’hôpital ?


  -  celui des Tarnais devant se rendre à la ville-préfecture pour effectuer leurs démarches administratives ?

 

Enfin, qu’en pensent les utilisateurs de la voiture, travaillant dans le chef-lieu, prêts « à  adopter d'autres comportements » si la municipalité leur propose des parkings gratuits en proche périphérie + navettes pour se rendre à leur travail ?

 

Certes, et c'est une bonne chose, les nouvelles pistes cyclables sécurisées s’implantent en plusieurs points de la ville ( accès au centre commercial de Caussels, la portion rond-point de Larquipeyre – Lescure, la nouvelle rocade-bis vélos-piétons ). Les adeptes du vélo-loisir, ou du vélo-économie voient cela d’un bon-œil. Tout élu responsable doit inciter ses concitoyens à emprunter ces voies cyclables, mais tout élu responsable doit aussi tenir compte du fait que la voiture a encore quelques belles années devant-elle !!!!

 

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 13:37

Pour ce nouveau forum du mariage, Daniel Alcouffe promet presque la vie de château./Photo DDM, E Cayre.
Pour ce nouveau forum du mariage, Daniel Alcouffe promet presque la vie de château./Photo DDM, E Cayre

 

 

Lors du dernier Conseil Municipal, après l'attaque frontale de Bernard Gilabert, chacun dans la majorité a tenu à faire étalage de sa sensibilité.

L'une se déclarant pour François Hollande, l'autre pour François Bayrou, enfin un troisième s'avouant plus social-libéral qu'UMP. Mariage de la carpe et du lapin, involontairement illustré le lendemain par le site "Ladepeche.fr"avec la légende de la photo ci-dessus, on reconnait de gauche à droite : le Centre indéfini, la Gauche, l’UMP, le Modem et les sociaux-libéraux.

 

Politique-fiction : Au lendemain de la victoire de François Hollande à la présidentielle le Conseil municipal d’Albi est totalement chamboulé, le groupe majoritaire comprend les socialistes, les communistes, les Verts, les chevènementistes, les radicaux, le Modem, et les centristes « indéfinis », l’opposition, quant à elle, regroupe l’Ump et le Nouveau Centre.

On peut rêver….ou cauchemarder, au choix !

 

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 18:14

Folliot                                                                          articles "La Dépêche du Midi" du 8 novembre

 

Après avoir fleurté avec Dupont-Aignan  à l'époqu e du "non" au traité constitutionnel européen, rallié depuis au Nouveau-Centre d'Hervé Morin à l'Assemblée, Philippe Folliot soutient maintenant François Bayrou à la présidentielle. Le futur candidat aux législatives sur la 1ère circonscription du Tarn ratisse large, après un voisinage poussé avec les ex-UMP Philippe Bonnecarrère et Geneviève Parmentier ( on dit que celle-ci pourrait devenir sa suppléante) le voici maintenant participant aux conférences-débat du Club Energie et Innovation 81 animé par la crypto-socialiste Marie-Claude Bascoul ! ! !

 

Bonnecarrère, Parmentier, Folliot, Bascoul , voilà une proximité qui ne manquera pas de  faire jaser à l'approche d'échéances électorales nationales et locales.

 


Repost 0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 14:54


• Josian Vayre, Stéphanie Lopez, Denis Guiraud.


Les communistes
et le dialogue
à gauche

 

Dans les médias tarnais les communistes albigeois réclament un débat à gauche . Drôle de conception du débat pour un parti qui se veut un "parangon " de démocratie.

En effet le PC albigeois ne trouve rien d'autre pour "travailler ensemble" que de clouer au pilori le secrétaire de section socialiste et leader du groupe "socialiste, verts, républicain" à la mairie d'Albi.

Ce goupe dont le MRC est parti prenante n'a jamais cessé de réclamer l' alliance de l'opposition face à la politique de Philippe Bonnecarrère, on ne peut pas dire que les membres du PC aient accueilli cette idée avec grand enthousiasme !

Quand on veut dénoncer une hégémonie  il est risqué de s'ériger en meilleur opposant que le parti frère....au nom de quelles propositions, au nom de quelle opposition plus claire et plus résolue ?

Les communistes réclament un vrai débat citoyen, que veulent-ils dire par là ? Sont-ils encore dans l'idée du "Manifeste de Porto Alegre" dans lequel tout débat ne doit être que citoyen où le citoyen doit débattre de tout , y compris du budget d'une ville ?...Le budget de la ville d'Albi débattu sur la place du Vigan ? ! ! ! ...  Hors plaisanterie, le rôle des partis politiques s'en trouverait singulièrement amoindri sinon réduit à néant .

Le MRC, pour sa part, tient à un débat politique majeur entre partis avant de présenter les conclusions et d'en débattre avec les citoyens dans des formes à déterminer ensemble. La démocratie participative est une véritable  valeur dans nos sociétés modernes mais la démocratie représentative doit rester le maître mot dans la  nation.

Le MRC se veut unitaire à gauche à la condition de débattre dans la sérénité et la responsabilité . Il continuera, dans l'opposition municipale, à lutter pour cette idée malgré les chausse-trapes.

 

 

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 13:37


• De g. à d. : André Baup, Anne-Marie Roquelaure,
Agnès Berger, Claude Deutschmeyer, Bernard Gilabert,
Marie-France de Truchis, Michel Albarède.


A l'occasion d'un "bilan de mi-mandat", les groupes de la minorité municipale (PS, PRG, Verts, MRC, Société civile) à l'exclusion du Parti Communiste, ont passé au crible de leurs critiques l'action menée par l'équipe majoritaire et posé les premiers jalons en vue de la reconquête de l'Hôtel de ville en 2014.

Les mousquetaires de l'opposition ont sorti l'épée du fourreau le 17 mai lors d'un bilan de mi-mandat très critique envers Philippe Bonnecarrère et son équipe. On n'en est pas encore au "Un pour tous, tous pour un !", et il manquait d'ailleurs le sabre communiste dans cette joute à fleurets non mouchetés, mais dans le prolongement des cantonales qui ont confirmé l'ancrage à gauche de la cité épiscopale, on sent poindre une impatience à remettre la ville "dans la bonne direction".
Première cible ajustée : le projet des Cordeliers. "Le maire ne pense qu'à ça !" lance Bernard Gilabert (PS). "Les Albigeois que nous avons rencontrés durant la campagne électorale nous disent : "on est dans le subi, pas dans le choisi !", mais le maire refuse toujours de faire le moindre sondage." "Le maire s'acharne à vouloir créer un lien entre culture et patrimoine, ça frise le ridicule" poursuit Agnès Berger (PS). "Vouloir créer un "quartier culturel" n'a aucun sens, si ce n'est celui de favoriser une ghettoïsation du centre-ville. Personnellement, je ne veux pas d'une épicerie culturelle de luxe dans laquelle il n'y aura même pas une salle d'exposition digne de ce nom." "Les socialistes avaient réussi à créer une certaine mixité sociale et là on fait machine arrière" ajoute Anne-Marie Roquelaure (PS).
Pour évoquer la politique sportive, c'est André Baup (MRC) qui se saisit de la balle. "OK pour le soutien au SCA si l'on remet la formation au goût du jour" indique-t-il. "En revanche, la Plaine des sports ressemble à une Arlésienne qui sort de l'onde fort dévêtue. Il n'y a plus que deux terrains au lieu de cinq, pas de vestiaires ni de douches, un accès inadapté. Cela ne valait pas le coup d'attendre !"

+ Publié le 20 mai 2011

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 11:15
Publié le 18/05/2011 07:55 | R.R.

Albi. Les élus de gauche se rebiffent

politique

Une partie des élus de gauche du conseil municipal, hier à la mairie, pour un bilan de mi-mandat. /Photo DDM, Jean-Marie Lamboley
Une partie des élus de gauche du conseil municipal, hier à la mairie, pour un bilan de mi-mandat. /Photo DDM, Jean-Marie Lamboley
Une partie des élus de gauche du conseil municipal, hier à la mairie, pour un bilan de mi-mandat. /Photo DDM, Jean-Marie Lamboley

A l'exception du Communiste Josian Vayre, les élus de gauche (PS, PRG, MRC, EELV) du conseil muinicipal étaient réunis hier, pour livrer leur bilan de l'action municipale à mi-mandat.

Les 60 % des voix obtenues par la gauche sur la ville lors des dernières cantonales, donnent quelques assurances dans le propos.

L'Unesco : « Rien n'a été anticipé et peu de moyens pour l'office de tourisme. Avec le classement les touristes attendent du professionnalisme ».

Les Cordeliers : « Le maire ne pense qu'à ça, il communique sans arrêt et sans compter. Le projet de grand théâtre est estimé à 51 millions d'€, ce sera plus près des 68 M€. Et même pas une salle d'exposition et aucun projet culturel. Le cinéma de 1 000 places aurait pu se faire ailleurs, c'est la place du conservatoire de musique ».

Transfert de compétences vers la C2A : « 160 employés municipaux sont passés sous le contrôle de la C2A, soit 2,2 % de charges de fonctionnement en moins pour la ville. Dans le même temps, elle augmente les impôts d'un pour cent, au final c'est trois points de fiscalité en plus. Peu de démocratie à la C2A où les 15 sièges de la ville sont occupés par des élus de la majorité ».

Politique sportive : « Elle est sans logique à l'image de l'abandon de la piscine du Caussels. Des assises du mouvement sportif sont nécessaires ».

Plaine des sports : « Deux terrains au lieu de cinq, pas de vestiaire, ni de douche, ni d'éclairage, un accès inadapté ».

Voirie transports : « Catastrophique à cause du retard accumulé. Pas de plan de rénovation des rues et des trottoirs, les moyens ont été affectés à d'autres projets ».

Environnement : « La thermographie n'était finalement qu'un gadget, les engagements pris pour isoler les bâtiments municipaux ne sont pas tenus, seule une partie d'une école a été isolée».

Budget. « Les finances sont lourdement touchées par le projet des Cordeliers avec en 2011 un emprunt de 35 M€ et l'emprunt d'aujourd'hui c'est l'impôt de demain ».

Le maire : « Pendant et après les cantonales il a sciemment semé la zizanie dans son équipe qui aujourd'hui se lézarde, ça lui permet de se conforter dans un centralisme du pouvoir. Après avoir été RPR, UMP, sans étiquette, il se dit aujourd'hui centriste, mais ne confond-il pas centriste avec centralisateur» ?

Marie-France de Truchis, Anne-Marie Roquelaure, Agnès Berger, Bernard Gilabert pour le PS, Michel Albarède (PRG), André Baup (MRC), Claude Deutschmeyer (société civile)

 

Imprimer

Repost 0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 10:07
Publié le 26/04/2011 09:17 | LaDepeche.fr

Albi. Le collectif du PN 123 va s'inviter au conseil d'agglomération

le breuil

Albi. Le collectif du PN 123 va s'inviter au conseil d'agglomération
Albi. Le collectif du PN 123 va s'inviter au conseil d'agglomération
Albi. Le collectif du PN 123 va s'inviter au conseil d'agglomération

Ils veulent forcer le passage et pouvoir traverser la voie ferrée comme le leur autorise la préfète du Tarn. Dernier obstacle, la signalisation adéquate à poser. Les membres du Collectif du PN123 (passage à niveau) du Breuil ne baissent pas les bras. Dernièrement ils sont allés protester sous les fenêtres de la maison du maire et président de la C2A pour que celui-ci fasse enfin poser les panneaux attendus. Ce soir, ils ont prévu de se rendre au conseil communautaire à la mairie d'Albi pour tenter d'obtenir « le respect de la loi ». Une salle qu'ils connaissent déjà pour avoir « envahi » un conseil municipal en septembre 2010 (photo). En fait le Collectif du PN 123 veut que la C2A respecte les engagements qu'elle a pris. Et d'exhiber l'article 4 de la convention passée entre la préfecture, la mairie, la C2A et réseau ferré de France, lequel stipule : « La communauté d'agglomération de l'Albigeois doit prévoir la signalisation urbaine et les aménagements de voirie adaptés ».

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 19:04

Albi. Les questions ouvertes de deux élus de gauche

élections >

cg81.gifClaude Deutschmeyer et André Baup, conseillers municipaux de gauche, adressent des questions ouvertes aux candidats aux prochaines cantonales.

«Nous ne serons pas candidats aux élections cantonales des 20 et 27 mars. Le nombre des candidats « de gauche » nous semble déjà fort important, alors que les candidats de droite font tout leur possible pour se présenter sans étiquette, y compris ceux de l'UMP… nous n'ajouterons pas à la confusion !»

Les deux élus interrogent donc les candidats sur les cinq cantons d'Albi:

«1- Sur la politique économique et sociale

Que pensent-ils de la faiblesse des créations réelle d'emploi dans l'albigeois et de la fuite des jeunes vers d'autres horizons, que comptent-t-ils proposer et défendre au sein du Conseil Général pour contribuer à faire évoluer cette situation ?

2- Sur la politique des déplacements urbains

Comment analysent-ils la situation actuellement difficile des déplacements, et des transports dans et autour du chef lieu du département et que proposent-ils pour faire évoluer cette situation ?

3- Sur la politique culturelle de la ville d'Albi

Que pensent-ils du projet des Cordeliers soutenu par le maire d'Albi et de sa politique culturelle en général ?

- Ce projet leur semble-t-il adapté vu son coût, son emplacement, sa conception vis-à-vis des besoins actuels de la culture en albigeois?

- Soutiendront-ils ce projet ?

- Si non, que proposent-ils pour l'empêcher ?

- Quelle sera leur position lors du vote en Conseil Général d'une subvention lorsque la demande arrivera ?

-Faut-il faire évoluer ce projet, et comment ?»

 
Repost 0