Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 14:46

jeudi18septembredarcos.jpg

















Repost 0
Published by - dans HUMOUR
commenter cet article
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 14:56
Nicolas Sarkozy recevant Benoît XVI

Ne cherchez pas, vous ne trouverez pas, c'est en fait la dénégation de notre vieux et sage principe de laïcité, profondément ancrée dans la tradition française, depuis plus de 100 ans. En parlant de laicité positive, Nicolas Sarkozy et le pape Benoît XVI insinuent tout simplement qu'il y aurait une laïcité négative !
Et je parierais même que je pourrais être fiché par Edvige dans le camp des laïques négatifs!

Tiens, d'ailleurs, laïque ou laïc?... Petite réponse, suggestion:

La fausse synonymie des deux mots a été entretenue par les cléricaux, et surtout adoptée par les néo-cléricaux au début des années soixante aux fins d’altérer la Laïcité -sans épithète- dans la perspective d’une Laïcité "ouverte".

Les intégristes de l’enseignement catholique remplaçaient alors enseignement laïque par enseignement laïc, modification d’apparence anodine.
En réalité, l’écriture ” laïc ” permettait d’englober tout le domaine de l’enseignement non religieux, sans distinction public-privé. La confusion devenait totale.
Une définition généralement admise parmi eux est « enseignement laïc » : enseignement non confessionnel d’inspiration chrétienne.

Notons que dans la première moitié du XXe siècle, l’usage, puis les dictionnaires avaient imposé les deux substantifs.

Laïc : adepte non clerc d’une religion.
Laïque : partisan de la Laïcité. Au moins, là, c’était clair. Restait le problème de l’adjectif.

Pour l’évolution sémantique du mot, la mémoire est conservée par le Dictionnaire de l’Académie française:
L’étymologie est admise par tous : du grec laos, “qui a rapport au peuple”, on passe au latin laicus pour parvenir aux formes médiévales lay, laye, en usage courant au Xlle siècle. L’emploi est toujours antonymique avec prêtre ou clerc. La graphie lai, laie, apparaît chez Nicot en 1606 avec cette définition : “celui qui n’a nul degré de cléricature”. Dans le dictionnaire anglais-français de l’anglais Cotgrave on trouve en 1611 : lay, secular. Pour l’évolution sémantique plus récente, la mémoire est conservée par le Dictionnaire de l’Académie française.

La première édition, en 1694, retient deux adjectifs :

- Laïque : adjectif de tout genre. Séculier. Il est opposé à clerc. Une personne laïque, un officier laïque. Lay, laye : adj. laïque. Un Conseiller lay. On appelle un frère lay, un moyne lay, les frères servants, qui ne sont point destinés aux ordres. De même, une sœur laye : qui n’est point du chœur. La forme lai, laie apparaît dans l’édition de 1740 et disparaît après l’édition de 1935 qui en dit : “il n’est plus employé que dans cette expression : Frère lai”.

- La forme laïc apparaît à la nomenclature de 1798 avec un féminin laïque calqué sur caduc-caduque et va servir de base dérivationnelle à toute la famille, avec pêle-mêle : laïcat, laïquat, laïcation, laïcocéphale, laïcité, laïcisme, laïciser, laïcard. Cette alternance morphologique de genre sera réinterprétée, par la suite, tantôt comme une alternance catégorielle : laïc est le substantif, laïque l’adjectif (jusqu’au Grand Larousse de 1975), tantôt comme variation sémantique du substantif : Laïc désigne un adepte d’une religion qui n’est pas un clerc, Laïque désigne un partisan du principe de Laïcité. Cette distinction claire, sans être systématique, tendra à se généraliser au XXe siècle.
En 1878, la définition s’étend aux termes non humains (habit laïque, de condition laïque). Mais c’est l’édition de 1935 qui marque la coupure sémantique profonde.

Laïque : qui est étranger à toute confession ou doctrine religieuse. État laïque, les lois laïques. Il convient de revenir sur l’abominable mot laïcocéphale. Il s’agit d’un terme théologique retenu dans l’édition de 1842. Il avait été introduit par les Jésuites de Trévoux, en 1732, dans leur reprise du Furetière, après les démêlés de ce dernier avec l’Académie. Laïcocéphale : hérétique qui reconnaît un laïc pour chef de l’Église. “On a donné ce nom aux Anglicans, qui reconnaissent le Roi du lieu où ils vivent pour chef de la religion”. L’Encyclopédie de Diderot avait retenu l’usage matériel de l’adjectif : “biens laïques, puissance laïque”, par opposition à puissance ecclésiastique.

Émile Littré a été le premier à faire de laïc et laïque deux substantifs bien démarqués. Mais du coup, il n’avait plus d’adjectif ! Qu’à cela ne tienne. Il préconise dans son supplément de 1877 l’adjectif laïcal, attesté au XVIe siècle, et introduit par les Jésuites dans le Trévoux de 1774 avec un exemple : dîme laïcale. Émile LITTRÉ le définit ainsi : Laïcal : qui a rapport aux laïques par opposition à clérical.

Le mot est bon et mérite d’être retenu et employé. Hélas, il ne le fut pas et ainsi l’ambiguïté fut cultivée.
Larousse avait introduit dans son Encyclopédie de 1873 le mot Laïcité : caractère de ce qui est laïque, d’une personne laïque, la Laïcité de l’enseignement. « Il fut un temps où la Laïcité était comme une note d’infamie » Claude de Nardi (La Calotte)...

Repost 0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 14:16
Si ce message ne s'affiche pas correctement,cliquez ici
Mouvement Républicain et Citoyen
Repost 0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 11:03
JPG - 53 ko
Première étape de Benoît XVI à Paris, l’Elysée et la rencontre avec Nicolas Sarkozy
© Karine Bernadou
Repost 0
Published by - dans HUMOUR
commenter cet article
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 19:17
Hamon : «Sarkozy se fait le relais des choix du Vatican»<br/>

Le député européen socialiste, chef de file de l'aile gauche du PS, était l'invité vendredi soir du Talk Orange-Le Figaro.

Repost 0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 17:24

 

actualité

dessin de Delize yahoo cartoon

 

Notre République laïque reçoit aujourd'hui le chef d'un petit État dont l'influence est considérable aux quatre coins du monde. À ce titre, la venue du pape Benoît XVI constitue un événement qui dépasse le seul cadre diplomatique et va mobiliser, à Paris et à Lourdes, l'ensemble de la famille catholique. Foules en prières, chants liturgiques et bénédictions… Mais la visite de ce « nouveau » souverain pontife, intellectuel, austère et presque froid, sera d'abord jugée au regard des discours et sermons que nous entendrons - nous savons que ses propos n'auront rien d'innocents. Que dire alors de ceux, très attendus également, de Nicolas Sarkozy, chanoine du Latran !

Après tout, notre pays porte un double héritage, celui de « fille aînée de l'Église » façonnée par ses rois très chrétiens, et celui des Lumières, ces philosophes pour lesquels le seul culte qui vaille était celui de la raison. Dieu merci, au-delà des querelles mémorables et des suspicions toujours présentes, nous vivons désormais dans un juste équilibre. La séparation entre ce qui relève de la sphère privée et du domaine public a permis que coexistent chez nous toutes les religions, mais aussi toutes les familles de pensée - et même de libre-pensée. Chacun, l'État et l'Église, a cheminé plus ou moins séparément - et l'un des principes essentiels du pacte laïque exige que la religion n'interfère en rien dans les règles communes et l'organisation de notre société. Ce principe, obtenu de longue lutte et défendu depuis plus d'un siècle, reste l'une des grandes conquêtes de notre République.

Aujourd'hui toutefois, des voix s'élèvent qui, avec des subtilités plus ou moins perverses, remettent en cause cet équilibre laïque. On sait que Benoît XVI veut redonner à son Église une capacité d'intervention dans le monde - on sait également qu'il porte un regard particulièrement critique sur la laïcité à la française. Mais après tout, qu'il prêche pour sa paroisse, c'est la moindre des choses s'agissant du pape. Le plus grave serait qu'il trouve des alliés dans la place. Précisément, il y en a.

Une certaine « quête spirituelle » vers laquelle se tourne une partie de la société trouve en effet un écho bienveillant dans la classe politique. Il suffit de voir avec quel empressement certains pèlerins ont récemment fait leurs dévotions au dalaï-lama. Plus inquiétants encore, sont les propos du président de notre République lorsqu'il affirme à Riyad, capitale d'un royaume islamique, que « Dieu est au cœur de chaque homme », lorsqu'il rappelle que les religions « nous ont appris les principes de la morale universelle » - ou lorsqu'enfin, avec sa théorie fumeuse de la « laïcité positive », il envisage le financement public d'édifices religieux, comme on le ferait d'un hôpital ou d'une maison de la culture. « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte », dit notre loi de 1905. Sarkozy Nicolas peut penser ce qu'il veut à voix basse, le Président de la République devrait se garder de le répéter à voix haute. Ainsi, lorsqu'il va s'adresser au pape tout à l'heure, nous serons attentifs à chacun de ses mots - autant dire que nous l'écouterons religieusement.

jaen-claude Soulery ladepeche.fr
Repost 0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 15:03
Bon anniversaire ! Mais qui donc s'est soucié aujourd'hui des anniversaires ?

En voici quelques uns:

Il y a cinquante et un an, le 9 septembre 1957, c'était le vote du Civil Rights Act par le Congrès américain qui enfin mettra en place une législation favorable aux droits civiques des minorités aux États-Unis. Il permet de poursuivre en justice quiconque chercherait à empêcher un citoyen de voter. Le vote noir reste cependant chroniquement assez faible... Et moi je dis que cette fois ils ont interêt à se mobiliser !

Il y a cent dix ans, le 9 septembre 1898, Alfred Dreyfus était condamné malgré des éléments qui prouvent son innocence, sa culpabilité se trouvait confirmée par le conseil de guerre de Rennes. En raison de "circonstances atténuantes"(sic!), il sera condamné à dix ans de réclusion pour "haute trahison".

Il y a cent trente huit ans, le 9 septembre 1872, naissait Léon Blum.
Il y a Trente deux ans, le 9 septembre 1976, mourait Mao.

Alors deux petites pensées, de Léon Blum d'abord:
"Toute classe dirigeante qui ne peut maintenir sa cohésion qu'à condition de ne pas agir, qui ne peut durer qu'à la condition de ne pas changer, est condamnée à disparaître."

De Mao:
"Rabattons notre suffisance, critiquons sans relâche nos propres défauts, tout comme, chaque jour, nous nous lavons la figure pour rester propres et balayons pour enlever la poussière."

Eh bien moi j'en connais qui ne doivent pas fréquenter la salle de bain souvent et qui ne font jamais le ménage !
Repost 0
Published by - dans MRC
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 10:10

Youpiiii ! Siné Hebdo vient de sortir

472820912.jpg
Repost 0
Published by - dans HUMOUR
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 13:32


COMMUNIQUE DE PRESSE DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN

 

POUR UN RETRAIT PROGRESSIF DE NOS FORCES EN AFGHANISTAN

 

Après l'interview du chef de corps du 8e RPIMA paru dans « La Dépêche du Midi » du mardi 9 septembre, interview rappelant clairement que ses troupes « sont dans le commandement Otan Région Est, placé sous l'autorité du général américain de la 101e Airborn », le Mouvement Républicain et Citoyen du Tarn tient a affirmer sa position .

Le MRC 81 salue la mémoire des soldats du 8ème RPIMA tombés en Afghanistan dans la vallée d'Uzbin pour la défense de la liberté, il manifeste son respect et ses soutiens auprès des soldats blessés dans l'embuscade, des familles et proches des victimes.

L e MRC 81 s'indigne de l'exploitation médiatique et politicienne d'une embuscade dramatique au cours de laquelle les forces françaises engagées ont montré courage et détermination.

Il demande des éclaircissements sur les conditions de l'engagement ,la coordination des forces de la FIAS ,les carences parfois soulignées de reconnaissance aérienne préalable, de moyens d'appui ,de soutien logistique

La France engagée depuis l'année 2001 dans la lutte contre le terrorisme en Afghanistan se trouve directement impliquée depuis quelques semaines dans des actions de guerre ,alors qu'elle se limitait préalablement à des actions de maintien de l'ordre à Kaboul et de formation.

Contrairement à l'Allemagne,l'Espagne et l'Italie , la France suit les USA dans une politique désastreuse.

La population afghane vit les forces occidentales comme des forces d'occupation et un véritable bourbier afghan s'est constitué, alors que le mandat initial visait à eradiquer le terrorisme.

Une réévaluation profonde de la situation doit orienter vers une autre politique ,avec retrait progressif des forces engagées ,remplacement par des forces afghanes, négociations avec les factions afghanes et le Pakistan.

Une véritable politique européenne de défense s'impose avec coopération renforcée d'une confédération européenne d'Etats nations.

La France fière de ses soldats ,de leurs courage et dévouement a le devoir dans le cadre de leurs missions d'économiser leurs vies et leur fournir les moyens logistiques ,de soutien et formation nécessaires.

 

Mouvement Républicain et Citoyen du Tarn,

le bureau: 05 63 56 69 27

 

Repost 0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 09:45

Chevènement et Lienemann appellent à un grand parti de gauche

BELFORT (AFP) — Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC) et l'eurodéputée Marie-Noëlle Lienemann ont appelé à une refondation de la gauche dimanche lors de la deuxième université d'été du MRC, en réclamant un grand parti "solide" et "uni".

L'ancien ministre de l'Intérieur qui est en lice pour les sénatoriales du 21 septembre a estimé que "si la gauche n'est pas capable de concevoir un sursaut civique et démocratique salvateur, elle ne reviendra pas au pouvoir en 2012".

Selon lui, la gauche est frappée d'un "malaise intellectuel" responsable d'une absence de projet. Il considère que "la gauche a besoin d'un projet solide s'inscrivant dans une vision d'avenir" et de "s'affranchir du capitalisme financier".

M. Chevènement a appelé de ses voeux une fédération à gauche pour 2012 tout en se disant partisan de larges primaires.

Auparavant, Marie-Noëlle Lienemann a rappelé que "jamais la gauche n'est arrivée au pouvoir si elle n'était pas unie". "Il faut engager une nouvelle étape vers l'unité de la gauche vers une alliance globale", a-t-elle déclaré.

Henri Emmanuelli a fustigé de son côté le PS qui fait face à un "tabou total" en ce qui concerne la question du libre-échange.

Il s'est dit "ouvert" à un grand parti à condition d'une "représentation proportionnelle" des sensibilités.

L'université d'été du MRC, la deuxième depuis 2003 a réuni quelque 250 participants nationaux et une centaine de locaux et avait pour thème la mondialisation et la nation républicaine.

Repost 0