Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 10:44

 

 Le MRC dénonce un délit d'opinion au conseil général 
 Olivier Amiel est soutenu par Jean-Luc Laurent (ici avec J.-P. Chevènement).
Olivier Amiel est soutenu par Jean-Luc Laurent (ici avec J.-P. Chevènement).

L'affaire commence à irriter les instances nationales du Mouvement républicain et citoyen, parti dont le président d'honneur est Jean-Pierre Chevènement. Olivier Amiel, entré au conseil général en mai 2008 a reçu une lettre de licenciement mettant un terme à ses fonctions à la fin du mois de juin. Une rupture anticipée de son contrat de travail en raison de son engagement dans la campagne législative avec le MRC. Un parti qu'Olivier Amiel a pourtant rejoint dès 2006, et au sein duquel il occupe les fonctions de premier secrétaire départemental et régional, et pour lequel il a été nommé délégué national à la culture. "C'est un licenciement injustifié professionnellement, à caractère politique, et qui conduit à un délit d'opinion à l'encontre d'un responsable du Mouvement républicain et citoyen, qui est pourtant une composante de la gauche !", s'insurge Jean-Luc Laurent, le président national du MRC et maire du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne).

"Que le PS apprenne à raison garder"

"Nous n'avons jamais connu une telle situation ailleurs. Olivier Amiel a représenté le MRC aux élections municipales partielles de Perpignan sur une liste de gauche soutenue par le conseil général, il siège au nom du MRC en tant qu'élu d'opposition aux côtés des autres formations de gauche, et effectue son travail avec rigueur et sérieux. Il faudrait que le PS apprenne à raison garder : dans les P.-O., les sénatoriales sont organisées en deux tours. Le premier permet aux grands électeurs de s'exprimer, le temps du rassemblement vient au second tour ! En quoi le MRC, qui a participé à la victoire de la gauche aux dernières cantonales, serait-il interdit de se présenter ? Dans les P.-O., comme ailleurs, le MRC se voit frappé d'interdiction alors même que le PS ne lui a fait aucune proposition, ce qui témoigne de son sectarisme…", poursuit Jean-Luc Laurent.

D'autres changements au cabinet

Quant au défaut de confiance évoqué par la présidence du conseil général pour motiver le licenciement d'Olivier Amiel, Jean-Luc Laurent rétorque : "On ne peut pas invoquer un motif sérieux : Olivier Amiel était attaché au service juridique du cabinet, et non politique…". Avant de lancer : "Il est hors de question que le MRC retire sa liste aux sénatoriales au regard de ce qui s'est passé. Et je fais appel à la responsabilité du PS pour sortir de ce mauvais pas dans lequel il s'est lui-même fourvoyé, pour de mauvais motifs".

La présidente du conseil général, Hermeline Malherbe, ne souhaite pas s'exprimer sur ce dossier interne. D'ores et déjà, d'autres changements sont attendus au cabinet à la rentrée de septembre. Guy Cancel, l'actuel directeur de cabinet, sera remplacé dans ses fonctions par son actuel adjoint, Aldo Rizzi. Puis, c'est la directrice générale des services qui quittera son poste et sera, également, remplacée par son adjoint.

Partager cet article

Repost 0

commentaires