Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 23:27

Pour Jean-Louis Etienne, la sortie du nucléaire est impossible sans augmenter notre dépendance au gaz, au charbon et au fioul. (Elias /Madame Figaro)

Par Christophe Doré Publié le 26/11/2011 à 17:53 Réactions (69)
Pour Jean-Louis Etienne, la sortie du nucléaire est impossible sans augmenter notre dépendance au gaz, au charbon et au fioul. (Elias /Madame Figaro)
 

Défenseurs historiques de la nature, ils pensent que l'atome s'impose pour lutter contre la pollution des énergies fossiles.

Ah! Il y en a d'autres que moi? C'est une bonne nouvelle!», s'amuse le médecin et explorateur Jean-Louis Etienne en souriant. Eh oui, les fervents défenseurs de la nature favorables au nucléaire existent. Dans son dernier livre, Nouvelles histoires naturelles (JC Lattès), Jean-Louis Etienne synthétise leur position: le nucléaire s'imposerait aujourd'hui comme une solution obligée pour produire de l'énergie propre. «L'atome est en soi une ressource énergétique naturelle dont on aurait tort de se priver», soutient l'explorateur. Ses arguments sont précis: «D'abord, aucune autre technologie n'est assez mature pour produire massivement de l'énergie propre. Ensuite, le nucléaire ouvre des perspectives intéressantes avec les réacteurs de quatrième génération, capables de recycler les déchets(il évoque ici Astrid, prototype de réacteur à neutrons rapides au sodium, qui permettrait une gestion durable des déchets par transmutation d'ici à 2020, ndlr). En fait, nous sommes au milieu du gué: faut-il renoncer maintenant, alors que l'on peut imaginer une exploitation de l'énergie atomique compatible avec un développement durable?»

Jean-Louis Etienne affirme avoir constaté concrètement les effets inquiétants du réchauffement climatique pendant ses explorations aux pôles: «Le CO2 est le pire des déchets. Il est diffus, incontrôlable... Il a des conséquences rapides sur l'environnement... Les déchets nucléaires, eux, sont identifiés, localisés, gérables et peut-être réutilisables à terme.»

En son temps, l'ex-candidat écologiste Nicolas Hulot tenait également un discours assez favorable au nucléaire; il se déclarait, par exemple, moins inquiet à propos des déchets radioactifs que des résidus chimiques.

Moins connu du grand public, Bruno Comby, polytechnicien et ingénieur en génie nucléaire, préside depuis quinze ans l'Association des écologistes pour le nucléaire (AEPN). Loin de réunir un quarteron d'environnementalistes illuminés, son association internationale rayonne dans une soixantaine de pays, avec quelque 10 000 membres. Des personnalités influentes et respectées sur les questions environnementales, tel Patrick Moore, cofondateur du mouvement Greenpeace en 1971, en font partie.

Le penseur de l'écologie moderne, James Lovelock, est pronucléaire

James Lovelock, né en 1919, considéré comme l'un des penseurs historiques de l'écologie moderne, en est membre également. Cet environnementaliste spécialiste de l'atmosphère a imaginé les instruments permettant de mesurer les variations de la couche d'ozone. Il est surtout célèbre pour sa théorie de Gaïa, définissant la Terre comme un être vivant capable de se réguler afin de maintenir à sa surface les conditions idéales pour la vie.

Pour lui, les atouts de l'industrie nucléaire sont sans commune mesure avec ceux des combustibles fossiles. «Aucune source d'énergie n'est totalement sûre, même les moulins à vent ne sont pas exempts d'accidents fatals», soutient le scientifique avant de poursuivre au sujet du nucléaire: «Il n'y a pas d'autre solution viable, propre, écologique et économiquement acceptable à la dangereuse habitude que nous avons prise de brûler des combustibles fossiles.»

Jean-Louis Etienne partage cette conviction : «Je crois aux sciences et aux techniques et j'ai confiance en l'intelligence de l'homme. L'atome va nous aider à sortir de notre société carbonée, qui n'a pas d'avenir à long terme. Si nous renonçons au nucléaire maintenant, je redoute le pire: les États-Unis, l'Inde, la Chine et aussi la Russie ont des réserves de charbon énormes. Ils vont les utiliser. C'est un scénario inéluctable. L'avenir nous pousse à soutenir les énergies renouvelables, mais nous ne sommes pas capables de stocker de grosses quantités d'électricité issues du soleil, de la mer, du vent, des rivières...»

En résumé, pour ces écologistes d'un autre genre, le nucléaire civil s'impose comme un passage obligé pour ralentir le réchauffement climatique, voire comme une solution majeure dans le «mix énergétique» pour traverser durablement le siècle.

Par Christophe Doré

Partager cet article

Repost 0

commentaires