Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 10:29

 


C'est le petit sujet polémique de cette fin d'année, dans notre bonne ville d'Albi. Dans la zone limitée à 30 km/h de l'hyper-centre, la municipalité a décidé, sans aucune communication auprès de ses administrés, de créer des pistes cyclables à contresens de la circulation des automobilistes. Si personne ne remet en cause, la logique irrémédiable d'une place plus importante du vélo et de la réduction d'une automobile omnipotente, beaucoup réfutent le sens de ces pistes et la stupeur d'automobilistes incrédules. Dans les axes aussi étroits que la rue Lavedan, d'Amboise, Laroche…, la cohabitation est devenue tendue. À chaque intersection, dans chaque virage, on frôle la crise de nerf, le stress de l'accident, le face à face hostile. Ah, la terrible division de l'espace public.

Aubaine pour la petite reine

Mais ces contresens cyclables ne font pas que des malheureux. Du côté des fans de la « petite reine », cette nouveauté est une aubaine. Imaginez. Venant de la place du Maquis, direction le Vigan, l'heureux cycliste n'a plus à passer par la place Pelloutier, l'avenue Colonel-Teyssier et le Théâtre.

Aujourd'hui, il a la possibilité de circuler « tranquillement » à contresens, rue Séré de Rivières, (NDLR, attention aux voitures en stationnement qui peuvent démarrer à tout instant) et atterrir en moins d'une minute devant la Poste du Vigan. Idéal.

Avouons aussi que depuis ce changement de circulation, il n'y a eu, aucun accident. Les deux roues semblent plus vulnérables sur les grands boulevards que dans les contresens cyclables.

Alors, ces voies cyclables sont-elle à contre sens de la logique ? La question est posée. Nous poursuivons ci-dessous le débat avec deux élus de gauche, mais qui ne tirent pas dans le même (contre) sens.


David Kowalczyk, Conseiller municipal vert- europe écologie à Saint-Juery

« Ces pistes cyclables à contre-sens sont une excellente initiative. Il faut savoir qu'en France, dans toutes les zones limitées à 30km/h, un décret impose, sauf décision municipale spécifique, de créer cette circulation à double sens entre vélos et autos. Elles existent déjà depuis longtemps dans les pays nordiques et en France à Strasbourg, Bordeaux et dans quelques villes de la banlieue parisienne. Et ça marche très bien avec très peu d'accidents. Il faut que les mentalités s'habituent à cette nouvelle politique de circulation.

C'est vrai qu'au début, c'est un peu tendu. Moi, je suis cycliste. Quand j'emprunte ces axes, il y a souvent des noms d'oiseaux qui sortent de la bouche d'automobilistes surpris. Mais je le répète, avec le temps, tout cela va rentrer dans l'ordre. D'ailleurs à Saint-Juéry, où je suis conseiller municipal, la transformation du centre-ville avec des rues limitées à 30km/h, entraînera aussi le traçage de contresens cyclables. Avant cela, nous allons travailler en amont pour que notre communication soit exemplaire. Les Saint-Juériens seront avertis de longue date. Cette évolution de circulation n'est pas là pour supprimer l'automobile mais pour que tous les moyens de locomotion vivent en harmonie sur l'espace public. »


André Baup, conseiller municipal d'Albi (mouvement républicain de gauche)

« Attention, je ne suis contre les pistes cyclables, bien au contraire. Mais on va m'expliquer, l'intérêt de ces contresens dans les rues aussi étroites du centre-ville. C'est dangereux et cela ne sert à rien. Le plus amusant, c'est celui de la rue Saint-Antoine. Essayez, dans ce minuscule espace, de faire passer en même temps, une voiture et un vélo. C'est impossible. Il est évident que le futur passe par une réduction de l'auto dans les centres. Cela ne se fera pas en un jour. Regardez Albi. Voyez-vous beaucoup de cyclistes ? Non. Ils sont ultraminoritaires et pourtant, ce sont eux qui sont les plus privilégiés. Que fait-on pour les piétons ultramajoritaires ? Rien. Les trottoirs sont étroits et en mauvais états.. Je suis pour un développement harmonieux des déplacements doux. Il faut faire évoluer les bus, les pistes cyclables et la piétionnisation dans un même rythme et ne pas privilégier l'un part rapport à l'autre. C'est pourtant le cas aujourd'hui avec les cyclistes. Enfin, j'aimerais que l'on explique pourquoi, le maire développe ces pistes et en même temps, milite pour un quatrième parking souterrain, place de l'Amitié-entre -les-peuples, qui comme nous le savons tous, est un gouffre à voiture. C'est tout de même bizarre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires