Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • André BAUP républicain de Gauche a la Mairie d'ALBI
  • : LE BLOG DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN DU TARN
  • Contact

Texte libre


                                         
  baup.andre@orange.fr                               
                                  

Archives

Articles Récents

15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 22:53

La Chronique des Amériques Juillet 2006 No 26

Les élections présidentielles mexicaines : parodie électorale
 ou

tragédie démocratique ?
Émilie E. Joly*
Avec la collaboration de Jaime Quintana Guerrero *

Le 2 juillet 2006, la course serrée à la présidence mexicaine devait
connaître sa conclusion, l'IFE
(Instituto Federal Electoral) s'était
engagé à annoncer les premiers résultats à vingt heures.

Alors qu'on s'attendait à ce que la tendance reflétée par les sondages
 sur les intentions de
vote donnant la victoire à Andrés Manuel Lopez
Obrador du PRD (Partido de la Revolución
Democrática) se concrétise,
 le pays fut laissé en suspens (1). Ce n'est qu'à vingt-trois heures
que le président de l'IFE, Luis Carlos Ugalde, est
apparu à la télévision
 pour expliquer brièvement « [qu'] il n'est pas possible de déterminer,
 à
l'intérieur des marges scientifiquement établies pour le décompte rapide,
 le parti ou la coalition
qui a obtenu le plus grand pourcentage de la
votation émise »
.Devant cette incertitude, les deux principaux
prétendants à la présidence se sont
autoproclamés vainqueurs.
 Felipe Cálderon Hinojosa du PAN (Partido Acción Nacional)
  s'appuyait
sur

 le fait qu'il se soit maintenu devant Lopez Obrador durant tout le
dévoilement des résultats préliminaires du PREP (Programa
de
Resultatdos Electorale Preliminares), tandis que Andrés Manuel
 Lopez Obrador (AMLO)
prétendait que, selon ses propres chiffres,
 la coalition du PRD l?emportait par au moins
500 000 voix et que sa
victoire était "irréversible".

.
Alors que les candidats sont au coude à coude, le résultat final à
 la ligne d’arrivée semble voilé par les accusations de fraude
touchant le décompte,

par l’incapacité de l’IFE à s’affirmer comme une institution indépendante
 et par l’implication d’acteurs qui se devraient de maintenir un certain
niveau d’impartialité. Au lendemain des élections, avec le dévoilement
 final des

actes
officiels constituant l’échantillon du PREP, Cálderon comptait 36,38%
 des votes, tandis que les suffrages en faveur de Lopez Obrador

s’élevaient à 35,34%. Depuis le décompte total de tous les bureaux de
 vote, les chiffres finaux établissent la victoire de Cálderon avec 35,89%
 des votes exprimés, devant Lopez Obrador avec 35,31% et
Roberto Madrazo du PRI (Partido Revolucionario Institucional) avec
22.26%.


* Candidate à la maîtrise en science politique, UQAM. Pour
contacter l’auteure :
joly.emilie-emmanuelle@courrier.uqam.ca.

(1) Il est possible de noter un changement important dans les
intentions de vote, notamment pour les sondages effectués
par la maison Mitofsky. Alors qu’en janvier 2006 Lopez
Obrador menait avec 40% des intentions de vote, Cálderon
suivait avec 22% . Or, en avril 2006, Lopez Obrador récoltait
32% et Cálderon le dépassait avec 34%. Par la suite éclatera
le « scandale Mitofsky » lorsque le président de la firme, Roy
Campos, reconnaîtra que ses sondages étaient conçus pour
favoriser le candidat du PAN.


pour lire la suite, cliquez sur : http:// www.ceim.uqam.ca

Publié par André Baup Mairie Albi

Partager cet article

Repost 0
Published by André BAUP - dans HUMEURS D'EN FRANCE
commenter cet article

commentaires